WhatsApp aurait été piraté par un logiciel espion israélien

Partager l'article

Suite à une faille de sécurité, WhatsApp aurait victime d’un logiciel espion israélien.

Le lundi 13 mai 2019, la fonction « appel » de l’application WhatsApp a connu une faille de sécurité. La plateforme de messagerie a été infiltrée par un virus qui comportait un logiciel d’espionnage. D’après l’ONG d’anti-surveillance, CitizenLab, un avocat pour la défense des droits de l’homme aurait été visé par ce programme malveillant.

Un dispositif malveillant nommé Pegasus

Ce dispositif malveillant qui a infiltré la messagerie porte le nom de Pegasus. Il s’agit d’un virus qui, une fois injecté dans la brèche, permet de collecter de nombreuses informations. Il permet d’avoir accès à la localisation du téléphone ainsi que les messages et les emails de la personne ciblée. Il est même possible d’activer à distance le micro et la caméra du smartphone affecté par le virus.

Plusieurs ONG portent plainte

Le logiciel espion Pegasus est conçu par la société israélienne NSO Group. Cette dernière fournit des logiciels à l’armée et à la sécurité de plusieurs pays dans le monde. L’entreprise est régulièrement critiquée pour ses services rendus à certains pays jugés « non-démocratique ». L’ONG Amnesty International a donc porté plainte contre le ministère de la Défense israélienne, accompagnée par plusieurs autres organisations originaires d’Israël.

Sans porter d’accusations, WhatsApp a bien confirmé que la faille a été utilisé par une entreprise privée dont la description semble coller parfaitement avec l’activité de NSO Group.

POUR ALLER PLUS LOIN :

> Quand un GIF envoyé sur WhatsApp peut pirater votre téléphone

> Edward Snowden déconseille d’utiliser WhatsApp et Telegram

> Pourquoi regarder son portable à la pause-café est une mauvaise idée